Téléchargez le guide

guide generer leads

Newsletter

Vous êtes bien inscrit à la newsletter !

Créez un compte

decouvrez swabbl
Collaboration : pourquoi Slack peut devenir le pire ennemi de votre entreprise

Collaboration : pourquoi Slack peut devenir le pire ennemi de votre entreprise

En quelques années à peine, Slack est devenu un outil incontournable dans les entreprises. Son utilisation est même parfois devenue un argument de recrutement dans les offres d’emploi en start-up « chez nous, on utilise Slack !« . En même temps, la plateforme a tout pour séduire : un fonctionnement moderne, avec ses channels thématiques pour organiser les échanges, une foule d’intégrations possibles avec d’autres outils comme Google Drive et Salesforce, des bots pour automatiser certaines tâches et…des émojis ! Si sur le papier, Slack représente l’outil parfait pour améliorer la collaboration dans une entreprise, il s’avère que, en pratique, beaucoup l’utilisent à des fins bien moins productives. Je vous dis tout dans la suite de l’article. 


La collaboration est devenue un enjeu majeur dans les entreprises aujourd’hui, notamment dans les start-up qui compensent le manque de moyens par une créativité sans bornes. En effet, la collaboration permet de d’impliquer tous les salariés, de créer une émulation, d’échanger des idées et de favoriser les innovations. De fait, il est indispensable pour n’importe quelle entreprise aujourd’hui d’instaurer une culture de la collaboration.

Cette dernière va généralement se manifester par des réunions, des brainstorming, des meetup, mais surtout l’implémentation d’outils dédiés à la collaboration. En tête de liste de ces outils, nous retrouvons les CRM ou les réseaux sociaux d’entreprises, qui tendent à être remplacés petit à petit par des outils plus modernes et polyvalents comme Slack.

Fort d’une croissance incroyable, cet outil conversationnel permet des échanges instantanés entre tous les salariés d’une entreprise, en plus d’offrir une foule d’intégrations avec d’autres plateformes comme Google Drive ou Salesforce. Du coup, Slack est souvent cité comme un outil indispensable pour favoriser la collaboration dans les entreprises…

Oui mais – parce qu’il y a un mais – si Slack peut être un atout fondamental dans une stratégie collaborative en entreprise, son utilisation peut faire l’objet de quelques dérives…et provoquer tout l’effet inverse.

Les entreprises qui génèrent le plus de leads utilisent Swabbl

Les channels, fausse bonne idée ?

Ceux qui utilisent Slack connaissent déjà le principe des channels : concrètement, ce sont des groupes thématiques créés pour organiser les discussions. Sur le papier, c’est une idée géniale. En effet, les channels permettent de structurer les échanges en fonction des thèmes abordés. Ainsi, on est censé suivre rapidement et facilement tout ce qu’il se passe dans l’entreprise, de l’avancée des projets jusqu’aux dernières mises à jour du site internet, en passant par les recrutements opérés dans la boite.

Sauf que, en pratique, la configuration des channels donne lieu à un désordre, pour ne pas dire un chaos, qui provoque un flux de messages par forcément utiles et foncièrement improductifs. Imaginez juste 2 secondes recevoir constamment des messages remplis de code des développeurs de votre entreprise alors que vous travaillez aux ressources humaines : c’est une perte de temps et d’attention qui peuvent porter préjudice à votre travail.

En soi, les channels sont une très bonne idée pour renforcer la collaboration et favoriser les échanges dans une entreprise. Simplement, il est indispensable de réfléchir en amont aux différents channels à créer et surtout, aux personnes qui pourront accéder aux channels. En plus, Slack fait quand même bien les choses : on peut segmenter les channels pour éviter l’envoie de messages intempestifs aux personnes non concernées. Et ça, c’est parfait pour la productivité

Des échanges aussi bien pro que perso 

En tant que plateforme de messagerie instantanée, Slack ne peut pas déroger aux messages à caractère personnels qui sont échangés entre les salariés. De toute façon, avant Slack, il y avait Skype et avant Skype, il y avait les e-mails. Ce qui différent Slack des autres plateformes, c’est le caractère simpliste et ludique de l’outil pour échanger des messages. Avec ses bots, gifs et autres émojis, il est facile de se lancer dans de longues conversations personnelles qui peuvent distraire et entraver la productivité.

Alors qu’avec les e-mails il pouvait y avoir un temps de latence permettant d’avancer sur son travail, les messages sur Slack s’enchaînent sans véritable temps mort. À la longue, ces échanges interminables peuvent avoir un impact considérable sur l’efficacité des employés.

Cela dit, dans une entreprise, chacun devrait pouvoir échanger de manière privée avec ses collègues. Simplement, il faut responsabiliser les salariés et prévoir des temps ainsi que des lieux où ils pourront discuter sans avoir forcément besoin de passer par Slack. Parce qu’au final, rien ne vaut le contact humain.

Une baisse croissante de la productivité

Vous l’aurez compris, le principal atout de Slack peut devenir également son pire défaut. Si ses fonctionnalités ont été pensées avant tout pour améliorer la collaboration et favoriser les échanges dans une entreprise, sa propension à n’être qu’une vulgaire messagerie instantanée pour les entreprises devient problématique. Parce que l’entreprise à beaucoup à offrir pour renforcer le travail collaboratif et la productivité dans l’entreprise avec ses bots et sa foule d’intégrations ! Sauf que la plateforme est le plus souvent utilisée pour s’échanger des messages personnels.

Et d’ailleurs, l’entreprise n’est pas dupe puisqu’elle a annoncé des mesures comme la possibilité de télécharger l’ensemble des données d’un groupe de travail sans que les employés n’en soient avertis. Cela inclut les conversations publiques, les discussions sur les groupes, mais également les messages privés.

Article à lire : L’importance des outils collaboratifs pour casser les silos en entreprise

Bien avant ça, Slack permettait déjà d’analyser l’utilisation des données : l’activité des membres, le nombre de messages échangés, le nombre de bots installés… Un moindre mal pour connaître l’efficacité d’un outil. Partant de ce constat, il est assez facile de savoir si Slack améliore – ou non – la productivité dans votre entreprise. Faites le test, et vous verrez.

Choisir l’outil selon l’objectif

Au final, que penser de Slack ? Je vais être honnête : c’est un très bon outil pour échanger avec ses collègues sans avoir à se lever ou crier dans l’open space. Les intégrations disponibles + les channels en font un outil formidable pour échanger et collaborer sur certains projets. Simplement, je pense que l’outil doit servir en fonction de l’objectif.

Par exemple, Slack sera peu efficace pour faire un brainstorming. Envoyer un montage Photoshop pour avoir un feedback, ça peut passer mais pour échanger des idées ? Le flux de messages rendra tous les échanges difficiles à suivre. Il existe des outils qui rempliront parfaitement cette fonction.

Aussi, n’espérez pas échanger des contacts pour générer des leads avec Slack. Il est maintenant courant pour les entreprises de demander aux salariés en interne s’ils n’ont pas des contacts à recommander pour occuper un nouveau poste… Avec Slack, il serait difficile d’avoir des résultats, la plateforme n’est pas vraiment adaptée pour publier ou répondre à des besoins.

Avant de choisir un outil pour renforcer la collaboration dans votre entreprise, il est indispensable de déterminer ses objectifs, essayer plusieurs outils en version gratuite et si possible, demander une démonstration complète du produit. Ainsi, vous ferez un choix éclairé sur votre future plateforme collaborative.

Générez plus de leads dans votre entreprise !

Inscrivez-vous vite et recevez 1 fois par semaine une sélection des meilleurs conseils pour développer votre entreprise !

Top, vous allez bientôt devenir un as du business !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez le guide

Newsletter

Vous êtes bien inscrit à la newsletter !

Créez un compte

decouvrez swabbl